Curriculum vitae

Mias Arnaud

Professeur des universités
IRISSO

arnaud.miasping@dauphinepong.fr
Tel : 06 28 08 64 08
Bureau : B609

Publications

Articles

Mias A. (2015), Autonomie des agents et légitimité de l'inspection du travail, La nouvelle revue du travail, 7

L'inspection du travail connaît depuis 10 ans une évolution importante qui affecte autant l'organisation du corps et ses relations avec son environnement institutionnel que l'activité même des agents de contrôle et la manière de l'évaluer. L'affirmation d'une politique du travail est la principale cause de cette rationalisation qui, bien qu'elle emprunte largement au registre du New Public Management, présente des traits singuliers. Cet article interprète ces transformations comme une recomposition majeure de la légitimité cognitive de l'inspection, de sa capacité à rendre compréhensibles et évidentes les actions qu'elle engage et les finalités qu'elle poursuit. Le maintien de cette légitimité passe aujourd'hui par un devoir de communication et de coopération avec d'autres acteurs, qui exacerbe la tension traditionnelle entre contrôle et pédagogie en démultipliant les situations dans lesquelles les agents doivent transiger, ce qui affecte l'exercice de leur autonomie professionnelle.

Labour inspectorion have evolved significantly over the past decade, in a way that affects, their organisation and relationship with the institutional environment as well as inspectors' practices and how they are assessed. The very fact of affirming a labour policy has been the prime driver behind a rationalisation that, despite being largely inspired by New Public Management, also features a number of singular characteristics. The article equates these changes with a major restructuring of labour inspections' "cognitive legitimacy", i.e. the ability to make actions and goals understandable and self-evident. Maintaining this legitimacy forces today's civil servants to communicate and cooperate with other actors, exacerbating the tension that traditionally pits control against instruction by creating a greater number of sitautions where actors find they have to compromise, somethign that in turn affects their professional autonomy.

Béthoux E., Desage G., Mias A., Pélisse J. (2015), Participer, observer, revenir : les congrès dans la « drôle de crise » de la CFE-CGC, Socio-logos, 11

Syndicat des cadres et de l'encadrement, la CFE-CGC reste moins connue que les autres confédérations syndicales françaises. Point de départ et point d'arrivée de l'enquête que nous avons consacrée à ses militants entre 2010 et 2013, ses congrès confédéraux se sont révélés être des points d'observation privilégiés pour mettre au jour les singularités de ce syndicat catégoriel et la « drôle de crise » qui traverse l'organisation depuis plus de quinze ans. Lieux d'expression et moments de cristallisation, les congrès donnent en effet à voir, sur scène et en coulisses, ce qui rapproche ou oppose les militants a priori les plus investis de l'organisation. Cet article propose alors un retour analytique et réflexif sur notre présence à ces congrès et les enseignements que nous en avons tirés aux différents stades de l'enquête : de la proposition de l'étude auprès des dirigeants confédéraux à la mise à l'épreuve en situation de nos conclusions, trois ans plus tard, en passant par l'élaboration de nos hypothèses et le recueil des données, par questionnaire et entretiens, au plus près des organisateurs du congrès, des congressistes eux-mêmes et des acteurs de terrain. La multiplication des points de vue lors des congrès de 2010 et 2013, à travers les trois modalités de la participation observante, de l'observation non participante puis de l'observation participante, offre un éclairage heuristique sur les clivages internes à l'organisation et son positionnement dans le paysage syndical français contemporain.

, Dialoguer plus, mais sur quoi ? Les régulations d'entreprise en matière d'emploi, de formation et de conditions de travail en temps de crise, La Revue de l'IRES, 84, p. 91-123

À partir des données des enquêtes « Relations professionnelles et négociations d'entreprise » (REPONSE) 2004-2005 et 2010-2011 et d'enquêtes monographiques réalisées dans quinze établissements français aux relations sociales contrastées, cet article part du constat, à première vue paradoxal dans un contexte de crise, d'une intensification du dialogue social au niveau de l'entreprise. Interrogeant le sens et la portée de cette intensification, en partie liée aux développements de la « négociation administrée », il analyse les recompositions actuelles des régulations de la relation d'emploi. Nous montrons ainsi comment la difficulté accrue à mettre en débat les questions d'emploi observée face à la crise conduit à un repositionnement partiel et à un investissement croissant autour des enjeux de conditions de travail, qui contraste avec une implication routinière mais rarement stratégique sur la formation.

The article draws on data from the 2004-2005 and 2010-2011 REPONSE surveys into professional relations and branch-level bargaining and full-length studies of fifteen French businesses characterised by a range of labour-management relations. Its initial premise is based on an observation that may seem paradoxical: social dialogue within the companies increased in times of economic crisis. It explores the meaning and scope of the increase, which arose in part as a result of developments in so-called "administered" bargaining, analysing the process by which employment relation regulations are currently undergoing reconfiguration. It demonstrates how the increased difficulty in opening up employment matters for debate in times of economic crisis leads to a partial repositioning and increasing investment in issues surrounding working conditions. This contrasts with the commitment to training, which, though standard, is rarely considered strategically.

Mias A. (2014), Between complexity and simplification : the ambivalent effects of knowledge on negotiation practices, Nouvelle revue de psychosociologie, 2, 18, p. 41-53

Dans un contexte d'intensification et de diversification thématique de la négociation collective d'entreprise, les exigences cognitives s'accroissent. Selon que les représentants syndicaux font face à ces exigences ou qu'ils les esquivent, le travail de négociation prend une forme plus ou moins complexe, entre routines, mimétisme et agir créatif. L'observation des pratiques de connaissance dans les processus de négociation fait apparaître un cadrage cognitif croissant, dont quatre formes sont étudiées ici : l'injonction légale à négocier, la « managérialisation » du dialogue social, l'interdépendance des espaces de négociation au sein des groupes d'entreprises et le recours aux experts. Souvent contraignant, ce cadrage cognitif peut aussi servir de ressource pour les négociateurs.

In a context of intensification and topic diversification of company collective bargaining, the cognitive demands increase. Whether union representatives face or they evade these requirements, negotiation practices are more or less complex, varying between routines, imitation and creativity. Observation of the uses of knowledge in negotiation process shows an increasing cognitive framing, of which four forms are studied : the legal injunctions to negotiate, the "managerialisation" of social dialogue, the interdependence of negotiation processes in corporate groups and the recourse to experts. Often binding, this cognitive framing may also serve as a resource for negotiators.

Mias A. (2014), Fenêtres fragiles sur le travail. Les CHSCT, travail de représentation et représentations du travail, Recherche socialiste, 66-67

Legrand E., Mias A. (2013), Zones d'ombre dans la prévention des risques cancérogènes, Sociologies pratiques, 26, p. 71-83

Par l'identification de mécanismes d'occultation présents dans les démarches de prévention, cet article révèle que la pertinence et l'efficacité des dispositifs mis en place restent parfois « ininterrogées ». Trois perspectives complémentaires sont successivement adoptées : les représentations des risques cancérogènes, les modalités de déploiement des pratiques de prévention et le rôle attribué au chsct dans le travail de prévention. L'analyse fine des démarches de prévention pointe les limites dans l'objectivation des liens entre santé et travail.

By identifying the error concealment mechanisms in risk prevention procedures, this paper shows that the relevance and effectiveness of these procedures are usually left unanswered. Three additional areas are addressed: clarification of the risks, implementation of risk prevention practices, and the role of the CHSCT (national commission for hygiene, safety, and working conditions) in risk prevention. A detailed analysis of the procedures showed the limitations in objectifying the connections between work and health.

Jamet L., Mias A. (2012), Les CHSCT : une institution en mal de connaissances ?, La Revue de l'IRES, 74, p. 75-102

Les comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail traitent un spectre de questions de santé au travail de plus en plus large et disposent de droits potentiellement puissants pour peser sur la prévention des risques professionnels dans les entreprises. Mais leur influence reste très contingente car elle repose fondamentalement sur la qualité des processus de délibération qui s'y déploient. Prenant appui sur une enquête menée sur les risques cancérogènes, mise en regard avec d'autres études récentes, cet article montre que, loin d'être données, les connaissances nécessaires à la pratique de représentation sont une ressource à construire à travers les échanges permis par l'instance, avec l'employeur comme avec les acteurs institutionnels. Surtout, le sens et la place donnés à la forme spécifique de savoir portée par les représentants des salariés façonnent des modes de fonctionnement très contrastés de l'instance.

Health, safety and working conditions committees deal with an increasingly broad spectrum of issues concerning health at work. They have rights that are potentially powerful regarding the prevention of occupational risks in the workplace. However, their influence remains very contingent, because it depends on the quality of the process of deliberations. Using a survey of carcinogenic risks and comparing it with other recent studies, this article shows that - far from automatically existing - the knowledge, which is necessary to have in order to carry out one's function as a representative, is a resource that needs to be built through discussions with the employer and institutional actors - as is authorised by the body. Above all, the meaning and place given to the specific form of knowledge brought by employee representatives shape the very different ways in which this body functions.

Béthoux E., Desage G., Mias A., Pélisse J. (2011), La "drôle de crise" de la CFE-CGC : hésitations stratégiques et distorsions organisationnelles d'un syndicalisme catégoriel, Travail et emploi, 128, p. 5-22

Retraçant les évolutions de la CFE-CGC depuis une quinzaine d'années et fondé sur une enquête articulant données quantitatives sur les participants au congrès de 2010 de la confédération, observations dans diverses structures et entretiens auprès de militants, l'article interroge les raisons des hésitations stratégiques répétées des dirigeants de cette organisation pour faire face aux problèmes qu'elle rencontre. Cette « drôle de crise » reflète une difficulté croissante à structurer une représentation homogène d'un groupe social, les cadres et encadrants, par nature hétérogène. L'article montre comment les transformations sociodémographiques de l'encadrement, qui ne se réduisent pas à une banalisation du groupe cadres, exercent des effets contrastés sur les structures organisationnelles et induisent des perceptions contradictoires des évolutions du contexte, dont l'acuité problématique pour la CFE-CGC se renforce avec la mise en oeuvre progressive de la loi d'août 2008 sur la représentativité syndicale. L'incapacité à dépasser ces clivages internes s'expliquerait par le maintien d'un syndicalisme particulièrement centré sur la section d'entreprise, confinant à un corporatisme d'entreprise dans les bastions syndicaux, et alimentant une forme de pléistocratie interne qui limite la portée du rôle des structures confédérales et interprofessionnelles.

Reflecting changes in the CFE-CGC for 15 years, the article examines the reasons for its leaders' repeated strategic hesitations to face its decline. This "phoney crisis" reflects an increasing difficulty in structuring a homogeneous representation of a social group, the management group, which is inherently heterogeneous. Based on a survey articulating quantitative data on participants in the 2010 congress of the Confederation, observations in different structures and interviews with militants, the article examines how sociodemographic changes of management have contrasting effects on organizational structures and lead to conflicting perceptions of the changing context. The inability to overcome these internal cleavages can be explained by the maintenance of a focus on enterprise-based unions, bordering on an enterprise corporatism in union strongholds, which limits the role of confederal structures.

Mias A. (2009), Les registres de l'action syndicale européenne, Sociologie du travail, 51, 4, p. 461-477

L'étude porte sur le travail de structuration qui fonde l'action syndicale à l'échelle européenne. Basée sur l'analyse d'archives de la Confédération européenne des syndicats (CES), elle fait apparaître une dynamique historique au cours de laquelle prend forme une pluralité de registres d'action. C'est à partir de ces registres que s'organise aujourd'hui la représentation syndicale européenne. L'article s'attache à présenter la formation progressive de ces quatre registres en dégageant les causalités et en offrant une compréhension de leurs logiques propres. Il souligne le façonnement institutionnel complexe des manières syndicales de faire et de penser au niveau européen et montre que la façon dont les acteurs syndicaux mettent en forme le cadre de leur pratique exerce des effets en retour sur la manière dont l'organisation collective se structure.

This study of how trade union actions have been shaped at the EU level is based on an analysis of the archives of the European Trade Union Confederation. It sheds light on a historical process that has fostered four types of action that now organize European trade union representations. The gradual formation of these types is described while pointing out the causes and explaining their rationales. Emphasis is placed on the complex process whereby institutions have shaped the thinking and acting of trade unions at the EU level. The way that unions form a framework for their practices has effects back upon the shaping of the collective organization.

Dressen M., Mias A. (2008), Représenter les employeurs. Itinéraire et actions d'un président de syndicat professionnel, Terrains et travaux, 14, p. 90-108

Dressen M., Mias A. (2008), Action publique et institution d'une branche professionnelle. Le cas de la course urbaine, Travail et emploi, 114, p. 7-19

L'article interroge le rôle et la cohérence de l'action publique dans l'institution récente d'une branche professionnelle, la course urbaine, qui ne présente aucun des éléments favorisant habituellement l'élaboration d'une régulation collective. Résultat d'une présence intermittente de diverses autorités publiques, cette action publique est structurante dans la mesure où elle cadre le contexte de négociation de l'accord collectif, sur les plans structural (définition des moyens d'accès au politique) et cognitif (définition du contexte), sans que ce résultat réponde à un plan rationnel pré-établi. Cette dynamique singulière témoigne plus largement du mode d'être du politique aux relations professionnelles et invite à reformuler la traditionnelle problématique de l'acteur et du contexte pour saisir la temporalité qui fonde cette dialectique et envisager sérieusement le rôle des individualités dans les dynamiques collectives.

This paper analyses the role and coherence of public action in the recent institution of the activity of courier services, whose characteristics are not supposed to induce such a collective regulation. Resulting from an intermittent presence of diverse public authorities, this public action is structuring insofar as it frames the context of the collective bargaining by both limiting the access to politics (structural context) and defining the situation of the negotiators (cognitive context). This singular dynamic gives an insight of the relations between politics and industrial relations. It suggests reformulating the traditional dialectics of the actor and the context by evaluating the way temporality frames this dialectics and the role of individualities in collective dynamics.

Béthoux E., Meixner M., Mias A. (2008), Travail et démocratie, hier et aujourd'hui, Terrains et travaux, 14, p. 3-8

Béthoux E., Didry C., Mias A. (2007), What Codes of Conduct Tell U : Corporate Social Responsibility and the Nature of the Multinational Corporation, Corporate Governance: An International Review, 15, 1, p. 77-90

This article examines the corpus of multinationals' codes of conduct on CSR issues which has been collated by the ILO. Through lexical software analysis we identify three main points of reference in CSR codes of conduct: respect for ILO norms, discussion of the company's relationship to society, and reinforcement of its internal discipline and organisation. Surprisingly, the issue of corporate responsibility itself constitutes a small part of the text of the codes. Their main targets are employees, who are charged with a dual task: to ensure the implementation of the principles stated in the codes, and to protect the assets of the company. In a reflexive dimension, codes of conduct help us to understand the key characteristics of the companies which made them.

Béthoux E., Mias A. (2005), Le Pool Europe. Expérience et pratiques d'un collectif de recherche, Terrains et travaux, 8, p. 194-200

Mias A. (2004), Du dialogue social européen au travail législatif communautaire : Maastricht, ou le syndical saisi par le politique, Droit et société, 58, p. 657-682

L'accord du 31 octobre 1991 qui fonde le Protocole sur la politique sociale an-nexé au traité de Maastricht est le résultat d'un processus de négociation com-plexe, dans lequel les acteurs publics occupent une place prépondérante. L'inscription des partenaires sociaux européens dans la perspective de législa-tion promue par Jacques Delors est alors consacrée, en posant les bases léga-les d'un travail législatif communautaire. L'étude de cette négociation montre l'intérêt d'une sociologie des relations professionnelles éclairée par le droit, tenant compte du caractère structurant de l'action publique sur le système de relations professionnelles européen en constitution.

The ETUC/UNICE/CEEP Accord of 31 October 1991 was the result of complex negotiations, in which public authorities played a crucial role. Adopted by 11 member states as the basis for the future labor and social law of the European Union, it bases the involvement of European social partners on the production of European legal norms. This study emphasizes the necessity of taking into account the influence of legal norms on negotiations and it insists on the important role of public action in the emergent system of European industrial relations.

Communications

Béthoux E., Mias A. (2014), Les institutions représentatives du personnel en temps de crise : autonomie, articulation et registres d'action, Les relations professionnelles à l'épreuve des pratiques, des lois et du contexte économique, Paris, France

Mias A. (2014), Les CHSCT dans les pratiques de prévention : savoirs «utiles» et conflits de (re)connaissance, 4è Journée de l'Observatoire régional des risques psychosociaux en Aquitaine : "Les CHSCHT acteurs de la prévention des risques psychosociaux", Bordeaux, France

Retour à la liste