Curriculum vitae

Rozier Sabine

Maître de conférences
IRISSO

sabine.rozierping@dauphinepong.fr
Tel : 0144054278
Bureau : P 408

Publications

Articles

Rozier S. (2014), Educational and economic order: appropriation and use of "mini-companies" in French schools, Politix, 1, 105, p. 163-184

Cet article analyse les conditions d'appropriation et d'usage d'une innovation pédagogique (la « mini-entreprise ») ayant vocation à développer les compétences entrepreneuriales des élèves en milieu scolaire. À rebours des analyses d'inspiration foucaldienne, appréhendant ce type de pédagogie comme un instrument de production d'un nouvel éthos ajusté aux exigences d'un monde valorisant la concurrence interindividuelle, l'article montre, en s'appuyant sur une enquête menée dans des établissements scolaires, que ces projets, surtout destinés aux élèves de milieux populaires et de classes moyennes, sont avant tout mobilisés au service des finalités de l'institution scolaire, et tendent moins à acclimater les élèves à des réflexes de pensée et d'action entrepreneuriaux, qu'à les familiariser avec les places que leur assigne le système scolaire et, partant, avec celles que leur réserve le système productif.

This article analyses the conditions under which educational French actors appropriate and use a pedagogic innovation (mini-companies in secondary schools) intended to develop the pupils' entrepreneurial skills. In contrast to research developped in a Foucauldian perspective, seeing this type of pedagogy as an instrument of production of a new ethos fitted to a world valuing interindividual competition, the article, based on an inquiry conducted in schools, shows that these projects, especially designed for pupils from working class or middle-class backgrounds, are primarily mobilized to serve school purposes. They tend less to acclimatize the pupils to entrepreneurial thinking and behaviour, than to familiarize them with the places assigned to them in the school system, and therefore with the places that the production system reserves to them.

Rozier S. (2009), Une « piqûre d'économie » : enquête sur les activités d'un cercle de grandes entreprises, Savoir-Agir, 10, p. 65-72

Rozier S. (2009), L'action publique en faveur du mécénat, Les Cahiers français, 348

Longtemps, en France, le mécénat, plus encore celui des particuliers que des entreprises, n'a eu qu'une réalité tout à fait mineure. S'il a bénéficié à partir de la décennie 1980 d'une meilleure reconnaissance et d'un encouragement des pouvoirs publics, les activités mécènes dans le domaine de la culture sont demeurées dans l'ensemble assez modestes. Mais les années 2000 voient la mise en place d'un cadre législatif qui apparaît comme le plus attractif d'Europe, avec de fortes déductions fiscales et, depuis 2008, la création de fonds de dotation. Sabine Rozier explique que si ces développements nourrissent les craintes d'une simple compensation du mécénat à un désengagement de l'État, ou bien au contraire d'une trop grande indépendance des donateurs à l'égard des pouvoirs publics, la philanthropie privée continuera en fait très vraisemblablement de demeurer marginale, pour des raisons dues autant au tempérament qu'au droit national.

Pharabod A-S., Martin O., Heurtin J-P., Cardon D., Rozier S. (1999), Les formats de la générosité : trois explorations du Téléthon, Réseaux, 17, 95, p. 15-105

Organisé depuis 1987 par une association de malades, l'Association française de lutte contre la myopathie (AFM) et une chaîne de télévision, France 2, le Téléthon réunit chaque année pendant trente heures des chercheurs, des malades, des chanteurs et le grand public dans un immense mouvement de solidarité collective qui se concrétise par un ensemble de dons qui s'élevait, lors de l'édition de 1998, à plus de 460 millions de francs. L'argent collecté lors de cette opération est destiné à financer les recherches sur les maladies neuromusculaires, à soutenir les malades et leur famille et à assurer les frais de collecte. La version française du Téléthon, inspirée d'un format créé par la Muscular Distrophy Association américaine, rencontre depuis plus de dix ans un succès toujours grandissant. A l'exception de deux éditions contrariées par des polémiques entre les organisateurs et l'Etat, la progression du chiffre de don enregistré au compteur de l'émission est en augmentation constante. A l'origine, événement simplement télévisuel, le Téléthon s'est aujourd'hui assez profondément enraciné dans la vie locale des communes françaises avec la croissance continue des manifestations de terrains organisés sur tout le territoire par le réseau militant de l'AFM en partenariat avec les différents tissus associatifs locaux ; actions qui sont aujourd'hui à l'origine de plus d'un quart de la collecte.

Every year the Telethon, organized since 1987 by the French myopathie patients' association (AFM) and the TV channel France 2, brings together researchers, patients, singers and the general public in an immense movement of collective solidarity. This movement is materialized in a flow of donations which amounted to 460 million francs for the year 1998 alone. The money thus collected is used to finance research on neuromuscular diseases, to support patients and their families and to cover costs. The success of this French version of the Telethon, inspired by the US Muscular Distrophy Association, is constantly growing. Apart from two instances where the Telethon was adversely affected by controversy between the organizers and the state, the amount in donations promised during the programme increases every year. Originally a purely televisual event, the Telethon is today deeply rooted in local life in France. Throughout the country, more and more events are organized annually on the ground by the active AFM network, in partnership with diverse local associations. These actions are currently the source of over half of the funds collected.

Pharabod A-S., Heurtin J-P., Cardon D., Rozier S. (1998), Mais qui fait bouger le compteur du Téléthon ? Une construction télévisuelle de la solidarité, Sciences sociales et santé, 16, 3, p. 17-40

Initié en 1987 par l'Association française de lutte contre les myopathies (AFM) pour recueillir des fonds afin de soutenir la recherche scientifique et l'aide aux malades, le Téléthon constitue un dispositif de solidarisation exemplaire des transformations qui affectent tout à la fois l'espace public télévisuel, le monde de la solidarité associative et les politiques d'orientation et de financement de la recherche scientifique. Consacré au rôle joué par le compteur des promesses de don, cet article propose une analyse des conditions qui président à l'émergence, pendant l'émission, de la communauté solidaire du Téléthon. Il aborde successivement la représentation télévisée, la réception du programme et les actions locales de toute nature qui entourent l'émission. L'évolution du compteur ne peut être imputée, ni aux seules intentions stratégiques des programmateurs, ni à la seule entreprise de représentation statistique de l'argent collecté. C'est par son mouvement même, en traduisant sous forme d'accélérations et de décélérations les différentes transactions (monétaires et humaines) qui lient tous et chacun au courage des malades et aux efforts des chercheurs, que le dispositif de comptage parvient à faire advenir ensemble la valeur monétaire des promesses de don et la solidarité des personnes qui s'unissent les unes aux autres dans la communauté du Téléthon.

Since December of 1987, the Association française de lutte contre les myopathies (AFM) (the French Muscular Distrophy Association), organizes the French Telethon, in order to support scientific research and to help the victims of muscular diseases. Unlike most télévision programs, the Telethon is a unique apparatus which aim is to provoke solidarity, and as such is quite exemplary of the transformations that affect the televisual public sphère, the forms of the solidarity and the research public policies. This article deals with the role played by the pledge meter of the French Telethon, and analyses the conditions of emergence, during the show, of a bound up community. It tackles successively the television show, the reception of the program and the local events organized during the television program. The final figure of the meter can not be surely linked to the evolution, measured in real time, of the solidarity events; nor to the strategies of the producers of the program. That is by the variations of the figure, translating in accelerations and decelerations the different deals (monetary and human), which ties every one and ail to the courage of the sick persons and to the efforts of the scientists, that the meter device manage to corne into sight ail together the monetary value of the pledges and the solidarity between the people who make common cause in the Telethon community.

Direction d'ouvrages

Willemez L., Rozier S., Lechien M-H., Collovald A. (2002), L'humanitaire ou le management des dévouements : enquête sur un militantisme de "solidarité internationale" en faveur du Tiers-Monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 233 p.

Depuis une quinzaine d'années en France, un nouveau mode d'action humanitaire est apparu. En quoi ce type d'engagement vient-il renouveler le militantisme ancien où ce sont les plus proches qui sont aidés ? L'enquête, qui porte sur une centaine d'entretiens et l'observation de réunions, restitue les paradoxes et les dilemmes que rencontrent ces militants, toutes ces épreuves parfois inattendues et toujours à surmonter pour pouvoir continuer à pratiquer l'« humanité » et l'altruisme auxquels ils croient.

Chapitres d'ouvrage

Rozier S. (2013), Les générosités oubliées : mutations des politiques sociales et mécénat des entreprises dans la France des années 1990, in Simonet M., Hély M. (dir.), Le travail associatif, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, p. 127-140

Rozier S. (2010), Mécènes et pouvoirs publics : des relations ambivalentes, in Poirrier P. (dir.), Politiques et pratiques de la culture, Paris, La Documentation française, p. 55-63

Rozier S. (2010), La culture à l'encan. Politique culturelle et culture du résultat, in Pelletier W., Bonelli L. (dir.), L'État démantelé : enquête sur une révolution silencieuse, Paris, Le Monde diplomatique, p. 274-295

Rozier S. (2009), Le dévouement humanitaire, in Riutort P., Lacroix B., Cohen A. (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte

Rozier S. (2008), La participation des citoyens à des projets d'intérêt public. Enquête sur le programme culturel d'une fondation, in Wojcik S., Fromentin T. (dir.), Le profane en politique : compétences et engagements du citoyen, Paris, L'Harmattan, p. 263-288

Rozier S. (2007), France, in Daly S., Anheier H. (eds), The Politics of Foundations : a Comparative Analysis, Londres, Routledge, p. 157-171

Lechien M-H., Rozier S. (2005), Du syndicalisme à la "solidarité internationale" : une reconversion problématique, in Tissot S. (dir.), Reconversions militantes, Limoges, Pulim, p. 107-119

Rozier S. (2005), La promotion du financement privé : mécénat et parrainage, in Saez G. (dir.), Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, p. 34-38

Rozier S. (2002), Les justifications de l'engagement, in Collovald A. (dir.), L'humanitaire ou le management des dévouements : enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers-Monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 133-176

Communications

, Understanding electoral excitement through repeated interviews (2011-2013), 13ème Congrès national de l'Association française de science politique, Aix-en-Provence, France

Cette contribution vise à présenter quelques résultats de l'enquête menée par le collectif SPEL (Pour une sociologie politique des élections) entre 2011 et 2013. En suivant près de 70 électeurs interrogés à plusieurs reprises (pour un total de près de 180 entretiens panélisés et approfondis) dans des contextes de différente intensité électorale (plusieurs mois avant, pendant la campagne des élections présidentielles puis législatives, et plus d'un an après l'élection),cette enquête éclaire la conjugaison des temps politiques ordinaires et des temps électoraux, entre poids des dispositions ordinaires à l'égard du politique et dimensions contextuelles de l'intéressement et de l'attention à la politique. Cette communication discutera en particulier des questions de méthode et notamment des apports d'une telle approche qualitative à la compréhension des mécanismes de la politisation et de la participation politique. Les entretiens répétés et approfondis permettent en effet de ne pas réduire les ancrages sociaux à quelques indicateurs simples, mais de les affiner et de les restituer dans leur dimension biographique. De la même manière la répétition des entretiens durant la campagne offre d'appréhender la complexité des contextes, mouvants, dans lesquels les préférences sont formées et exprimées. Ce faisant ce dispositif méthodologique permet de penser la construction des rapports au politique et les logiques des choix électoraux dans une perspective processuelle et, ce faisant, de mieux comprendre leurs ancrages sociaux.

This contribution will share some results of the collective survey SPEL (Sociologie Politique des Elections). This qualitative inquiry was undertaken from 2011 to 2013. During this period, seventy voters from divers social groups were repeatedly interviewed. A total of one hundred and eighty in depth-interview were completed. Interview schedule was constructed to compare low and high-intensity electoral context. Thus, respondents were contacted during 2012 presidential and legislative elections, but also months before and after it. This contribution will question in-depth interviews' help to understand politicization and political participation. Indeed, such a methodology leads to a more accurate apprehension of social grounds, which are not reduced to few items, but biographically considered. Above all, repeated interviews during electoral campaign offer to embrace the complexity of such a moving context. It makes possible some general conclusions regarding the processual dimension of interest toward politics, mobilization, and political preferences.

Rozier S. (2013), « La France doit rattraper son retard ! » : logiques et impensés des mobilisations collectives en faveur de la hausse des avantages fiscaux consentis aux donateurs, XIIème Congrès de l'Association Française de Science Politique, Paris, France

Cette communication vise à rendre compte des conditions au travers desquelles, durant les années 1980-2000, en France, les avantages fiscaux offerts aux donateurs, jugés peu incitatifs, ont été construits comme la principale cause de la moindre propension des Français à donner, inscrits dans un grand récit accréditant l'idée d'un « retard » français, et érigés en problème prioritaire à résoudre - processus qui a finalement conduit les pouvoirs publics à faire inscrire dans le droit, entre 2003 et 2008, l'une des réglementations les plus attractives au monde en faveur des donateurs. L'enquête - qui se situe à la croisée de la sociologie des problèmes publics, de la sociologie de l'action collective et de la sociologie des modes d'intervention étatiques - explore les conditions de mobilisation, entre les années 1980 et les années 2000, des porte-parole des donateurs et des fondations en faveur de l'accroissement des incitations fiscales en faveur de ces derniers. Elle montre que la focalisation des collectifs mobilisés sur la seule question des incitations fiscales a laissé dans l'ombre un élément crucial de la compréhension de l'évolution des pratiques de dons en France (les restrictions apportées, dans le droit civil français, à la liberté de tester) et en interroge les raisons.

This communication intends to analyze the mobilization, in France, during years 1980-2000, for the increase of donors' and foundations' tax advantages. It shows how these tax measures, so far considered as little incentive, were built up as the main cause of the low propensity of the French people to make donations (compared with the practices noticed in other countries), embedded in a story giving credence to the idea of a « French delay », and set up as a primary problem to solve - process which finally led French public authorities to adopt, between 2003 and 2008, one of the most attractive legislation in the world in favour of donors and founders. The research - at the crossroads of the sociology of public problems, the sociology of collective action and the sociology of public policies - shows that - and wonders why - the emphasis on the question of tax advantages kept in the dark a crucial element of the understanding of the development of donations in France : the restrictions, in the civil law, on the rigth to freely dispose of one's property, and the high level of protection granted to heirs.

Rozier S. (2013), Donner le goût du risque : mise en oeuvre et usages de dispositifs de promotion de "l'esprit d'entreprise" dans les établissements scolaires français, Instabilités globales et ordres des politiques économiques : institutions, instruments et savoirs de gouvernement de l'économie, Paris, France

Rozier S. (2011), La main invisible des mécènes dans l'essor de la musique ancienne en France, Acteurs privés et politiques publiques : la privatisation des politiques culturelles à l'épreuve de l'analyse empirique, Reims, France

Rozier S. (2010), Points aveugles et angles morts du regard sur la « politique » : les discours des « experts » et des savants sur le rapport des citoyens à la politique, La fabrique du regard, Montpellier, France

Rozier S. (2010), Le marché pédagogue. Du citoyen au consommateur avisé : enquête sur les programmes d'éducation économique et financière du public, Politiques des savoirs. Réseaux, pratiques, acteurs, Limoges, France

Rozier S. (2009), L'influence en actes : enquête sur la contribution d'un cercle de grands dirigeants français à la promotion d'une vision "positive" des entreprises, Xème Congrès de l'Association Française de Science Politique

Depuis les années 1970, en France, les organisations représentatives du patronat n'ont de cesse de dénoncer l'existence, dans l'opinion publique, d'une mauvaise image des entreprises et des milieux économiques, en en attribuant notamment l'origine à la faible culture économique supposée des Français. Cette communication a pour objectif d'analyser les conditions dans lesquelles « l'insuffisante connaissance de l'économie » des Français et, plus généralement leur désamour envers l'entreprise (Chatel, 2008), ont été progressivement constitués, au cours des années 1990-2000, en problème social, puis en problème politique légitime et enfin institutionnalisés. Elle vise plus particulièrement à rendre compte de l'action menée par les représentants des plus grands groupes français, au sein d'une association (l'Institut de l'Entreprise, IDE), créée en 1975, pour « mettre en évidence le rôle positif que joue l'entreprise dans notre société ». Cette communication s'attachera notamment à identifier les conditions les plus propices à la diffusion de diagnostics de l'IDE et à l'adoption éventuelle, par le pouvoir politique, de mesures que préconisent ses porte-parole. Une attention particulière sera ainsi portée aux liens noués par cette association avec la haute fonction publique, les milieux académiques et le monde journalistique. L'enquête s'appuie sur une campagne d'entretiens, l'observation de manifestations et l'examen d'un corpus documentaire.

Since the years 1970, in France, employers representatives denounce the bad image of the companies and economic actors in the public opinion. They attribute it to the supposed weak economic culture of the French. This communication aims to analyze how "the insufficient knowledge of the economy" of the French and, more generally their désamour towards firms (Chatel, 2008), was gradually made up, during years 1990-2000, in social problem, then in legitimate political problem and finally institutionalized. It intends to analyze the action of the French big companies representatives, in particular one of their groups (l'Institut de l'Entreprise, IDE), created in 1975, "to highlight the positive role of firms in our society". This communication will identify the conditions favourable to the diffusion of the IDE's diagnoses and the possible adoption, by the political responsibles, of measures recommended by its spokesmen. A special attention will be paid to the links tied by this association with high civil servants, the academic and the journalistic spheres. The investigation consists in interview, observation of meetings, and examination of a documentary corpus.

Rozier S. (2008), Réception et appropriation des "bonnes pratiques" en matière de rapprochement école/entreprise : le cas de la France, Congrès de l'association internationale des sociologues de langue française (AISLF), Istanbul, Turquie

Rozier S. (2007), Fiscalité incitative et label d'"utilité publique" : les instruments discrets de l'externalisation de l'action publique, Congrès des associations francophones de science politique, Québec, Canada

Rozier S. (2007), Apprenons leur l'esprit d'entreprendre : Les relations entreprises / école, Journée d'études "Les paradoxes des métiers de l'éducation", Amiens, France

Rozier S. (2006), La figure de l'expert comme médiateur du lien entre institutions décisionnaires et « société civile », IIème Congrès de l'Association française de Sociologie, Bordeaux, France

Cette communication a pour but d'interroger les conditions de redéfinition du lien entre les citoyens et les institutions décisionnaires au travers du rôle joué par des « experts » dans la mise en forme des intérêts des usagers. Il s'agit plus particulièrement d'analyser la manière dont de grandes fondations françaises (de plus en plus considérées comme des acteurs supplétifs du financement public) légitiment le recours aux services de personnalités reconnues dans un secteur afin qu'elles les aident à mieux identifier les attentes de la « société civile » et à y répondre. De plus en plus de fondations (bailleurs de fonds de projets d'intérêt général) font en effet valoir l'incapacité des élus (et des technocrates) à prendre en compte les préoccupations concrètes des citoyens. Elles mettent en avant la nécessité d'inventer des modes de consultation de la société civile permettant de mieux les satisfaire. Les experts aux services desquels recourent ces fondations ne sont pas seulement sollicités au nom de leur compétence technicienne mais également au nom de leur capacité à représenter les populations concernées (porte-parole d'usagers, etc. ). On examinera comment cette exigence de représentativité retentit sur les modes de sélection des experts (notamment à partir d'entretiens et d'observations in situ), de quelle manière ces derniers s'efforcent d'honorer les attentes placées en eux et quels effets cette exigence exerce sur le contenu des projets soumis aux fondations.

Retour à la liste