Curriculum vitae
PDF

Cusin François

Professeur des universités
IRISSO

Francois.CUSINping@dauphinepong.fr
Tel : 01 44 05 45 44
Bureau : D 120 BIS

Publications

Articles

, Residential migrations patterns in France: a structural approach, Plurimondi, 7, 15

This presentation aims at viewing the residential migrations from a network analysis perspective to identify how French cities are connected and form a mobility network. Our result is a typology of the French metropolitan areas by their position in the residential mobility network.

Cusin F. (2013), Les prix immobiliers dans les métropoles françaises : un révélateur de la pénurie de logements ?, Revue de l'OFCE, 2, 128, p. 123-162

Les flambées immobilières se nourrissent généralement de comportements spéculatifs. Mais la France n'est pas les États-Unis ou l'Espagne. La situation actuelle ne doit pas masquer une crise structurelle du logement qui est bien réelle. Cette crise est celle d'une offre insuffisante pour les ménages modestes, les familles et les actifs qui travaillent ou cherchent un emploi dans les principaux pôles urbains. Certes, les conditions financières favorables à l'endettement ont permis à de nombreux ménages d'accéder à la propriété de leur logement, mais au prix d'une forte inflation des prix immobiliers. Si le retournement de conjoncture en 2008 a provoqué une diminution de la construction neuve, les baisses de prix dans l'ancien sont restées limitées. La pression qui s'exerce sur les marchés de l'accession est d'autant plus forte que la demande globale de logements est portée par des évolutions socio-démographiques de fond alors que l'offre reste insuffisante, particulièrement dans les zones les plus tendues. Une politique du logement plus efficace, menée à la fois à l'échelle nationale et au niveau local, est nécessaire pour répondre aux besoins des ménages et pour fluidifier les marchés de l'accession, comme ceux du locatif social et privé. La prise en compte du caractère territorialisé et du profil socio-économique de cette demande s'avère indispensable. Et ceci d'autant plus qu'à travers la question du logement se jouent les équilibres sociaux, économiques et urbains de la ville de demain.

Cusin F. (2012), La "atractividad", condición de las ciudades del futuro. Clasificaciones, retos y estrategias urbanas, Sotavento, 18, p. 80-99

Cusin F. (2012), Le logement, facteur de sécurisation pour des classes moyennes fragilisées, Espaces et sociétés, 148-149, p. 17-36

Les classes moyennes font aujourd'hui l'objet d'une attention accrue, moins pour célébrer leur hégémonie que pour souligner les difficultés croissantes d'une partie d'entre elles. À l'issue d'une vaste enquête sur la population active en France, cet article montre les décalages existant entre l'appartenance aux classes moyennes sur la base du statut socioprofessionnel et les conditions matérielles de vie et de logement. En cause : la faible progression des revenus, l'augmentation des dépenses contraintes (au premier rang desquelles figure le logement) et surtout, le déclassement professionnel d'une partie des ménages des classes moyennes. Les fortes disparités internes à ce groupe accroissent la différenciation des trajectoires résidentielles. Trois type se dégagent nettement : les trajectoires ascendantes qui nourrissent une logique d'aspirations croissantes ; les trajectoires descendantes de ménages confrontés à une « logique de subsistance », au même titre que les fractions les plus modestes des couches populaires ; et, dans l'entre-deux, les trajectoires obéissant à une logique de sécurisation par le logement, tant sur le plan patrimonial, que social et statutaire.

The middle classes are today attracting renewed attention not so much because of their hegemony but rather because of the growing difficulties that some of them are experiencing. As a result of a vast enquiry into the working population of France, this paper draws attention to the mismatches existing between belonging to the middle classes on the basis of socio-professional status and the actual material conditions of living and housing. This focuses attention on the depreciation of incomes, increasing necessary costs (primarily housing) and most especially the professional downgrading of some middle class households. The striking internal disparities within this group are marked by the differentiation of their residential trajectories. Three types clearly appear: socially upward trajectories with growing aspirations; socially downward trajectories gripped by a "logic of subsistence" in the same way as the lower classes; and, between the two, trajectories protecting social status via housing as much by patrimonial as by social or statutory means.

Cusin F., Collet A., Juillard C. (2011), La mobilité des cadres dans les dynamiques de peuplement des aires urbaines françaises, L'Observateur de l'immobilier, 79, p. 23-50

Alexandre H., Juillard C., Cusin F. (2010), L'attractivité résidentielle des agglomérations françaises. Enjeux, mesure et facteurs explicatifs, L'Observateur de l'immobilier, 76, p. 3-66

Cusin F. (2010), From Functionality to Access. Towards the Replacement of Material Goods by Networked Services?, Futuribles, 360, p. 5-20

Le modèle classique du marché -- reposant sur l'échange de droits exclusifs de propriété -- est-il toujours pertinent ? Tel est la question que se pose ici François Cusin, eu égard au développement retentissant, ces dernières années, de l'économie de la fonctionnalité, à savoir la substitution de la vente de l'usage d'un bien à la vente du bien seul. Une tendance qui modifie, selon l'auteur, « la manière de produire, de commercialiser et de consommer les biens et les services ». S'appuyant sur de nombreux exemples, l'auteur évoque notamment le processus de dématérialisation de l'entreprise -- les sociétés ayant de plus en plus recours à la location (biens immobiliers ou encore parcs automobiles et informatiques) -- et l'essor des contrats de service qui permettent aux sociétés d'entretenir « un lien durable avec le client ». Autre phénomène, essentiel aux yeux du sociologue, le couplage entre l'économie de la fonctionnalité et l'économie de l'accès, dans laquelle « l'enjeu le plus décisif [pour les consommateurs] est la capacité à disposer des services de base qui conditionnent ensuite l'accès à tous les autres services ». Dans ce contexte, où l'insertion à des réseaux d'intérêt commun apparaît primordiale et où les droits de propriétés cèdent le pas aux droits d'accès, émergent de nouveaux contrats de service, note François Cusin qui, pour illustrer son propos, présente ici le modèle américain des common interest developments -- résidences ou villes privées, gérées en copropriété. Ainsi analyse-t-il l'influence sur l'habitat du double principe de la fonctionnalité et de l'accès.

Is the classic model of the market, based on trade in exclusive ownership rights, still relevant? Sociologist François Cusin poses this question here, taking account of the striking development in recent years of the functionality economy, in which the sale of the use of a good has taken the place of the sale of that good alone -- a trend which, in the author's words, changes "the way of producing, marketing and consuming goods and services". Drawing on many examples, Cusin mentions, in particular, the process by which companies have divested themselves of material property -- resorting increasingly to leasing arrangements (for buildings or vehicles and IT equipment) -- and the rise of service contracts, which enable companies to maintain 'a lasting bond with the client.' Another crucial phenomenon, as François Cusin sees it, is the link between the functionality economy and access economy, in which "the most decisive issue [for consumers] is the availability of the basic services on which access to all other services is subsequently conditional". In this context, where membership of common interest networks seems primordial and where property rights are now less important than access rights, new service contracts are emerging, notes Cusin and, to back up his point, he outlines the American model of common interest developments -- private residences or settlements, managed on a co-ownership basis. In this way he analyses the influence of the dual principle of functionality and access on housing arrangements.

Cusin F., Damon J. (2010), Les villes face aux défis de l'attractivité. Classements, enjeux et stratégies urbaines, Futuribles, 367, p. 25-45

Les villes sont de plus en plus mises en concurrence, du fait notamment de la mondialisation. Elles cherchent ainsi à attirer toujours plus d'habitants, de touristes, d'investissements, d'activités, et à se positionner en tête des nombreux palmarès qui mesurent, depuis quelques années, l'attractivité des grandes métropoles. Des classements -- plus ou moins rigoureux -- publiés, diffusés, discutés, qui ont, donc, une répercussion sur l'image des collectivités territoriales. En 2009, par exemple, The Economist et Mercer placent Tokyo en tête des villes les plus chères, alors que Vancouver (The Economist) et Vienne (Mercer) seraient les cités les plus agréables au monde. Dans ce contexte, la notion d'attractivité territoriale est devenue incontournable à « l'évaluation de la performance et de la dynamique des villes », et l'une des priorités des politiques d'aménagement du territoire. Mais que définit le terme attractivité ? Quels en sont les dimensions et les déterminants ? François Cusin et Julien Damon, après une présentation des principaux classements internationaux, interrogent ici ce nouveau concept qu'ils mettent en relation avec celui de compétitivité. « Mesurer l'attractivité d'une ville, c'est évaluer sa sphère d'influence, sa capacité à générer du mouvement, à attirer à soi durablement... », notent les auteurs. Au-delà de ses fonctions économiques, un territoire doit donc offrir bien-être et qualité de vie à ses habitants, ce que les auteurs nomment l'« attractivité résidentielle ». Ainsi, pour rester dans la course, les collectivités territoriales élaborent des politiques d'aménagement du territoire ambitieuses, placent l'attractivité au coeur de leur stratégie et font appel à une nouvelle discipline, le marketing urbain, la promotion de leur image de marque étant devenue une priorité.

Cities find themselves increasingly in competition with one another, particularly on account of globalization. For this reason, they are constantly attempting to attract more residents, tourism, investment and activities, and to position themselves at the top of the various "league tables" that have emerged in recent years to indicate the attractiveness of the great metropolises. These classifications, of varying degrees of rigour, are published, disseminated and discussed and hence have an impact on the image of local areas. In 2009, for example, The Economist and Mercer ranked Tokyo as the world's most expensive city, while Vancouver (The Economist) and Vienna (Mercer) were said to be the most pleasant to live in. In this context, the notion of territorial attractiveness has become essential in the "evaluation of the performance and dynamism of cities", one of the priorities of city planning policies. But what is meant by the term "attractiveness"? What are its dimensions and determinants? After presenting the main attractiveness "league tables", François Cusin and Julien Damon enquire into this new concept, which they compare with the notion of competitiveness. "To gauge the attractiveness of a city is to assess its sphere of influence, its capacity to generate movement and to exert lasting attraction", observe our authors. Beyond its economic functions, a territory must therefore offer its inhabitants well-being and quality of life. It must provide what they call "residential attractiveness". To stay competitive, local governments are developing ambitious city planning policies, putting attractiveness at the heart of their strategy and drawing on the new discipline of urban marketing -- so great a priority has the promotion of their brand image become.

Cusin F. (2009), Economie résidentielle et dynamiques sociologiques de l'attractivité des territoires, Pour, 199, p. 69-80

Aujourd'hui, le souci croissant que manifestent les ménages pour la qualité du cadre de vie explique en partie le moindre couplage entre bassins d'habitat et bassins d'emplois. Jusqu'à quel point le résidentiel peut-il s'autonomiser par rapport à l'économie productive ? Comment les stratégies résidentielles contribueront-elles à redessiner la carte socio-économique et démographique des territoires ? Pour répondre à ces questions, on met l'accent sur la notion d'attractivité, essentielle pour analyser les mobilités résidentielles et pour comprendre les enjeux des politiques locales de l'habitat. L'attractivité est un enjeu économique et politique mais aussi une question sociologique majeure car elle conduit à renouveler et à approfondir la réflexion sur les processus de polarisation et de fragmentation sociales des territoires.

Cusin F. (2009), Une interprétation de la question de l'économie résidentielle à partir des travaux sur la demande en logement, Territoires du futur, 10, p. 23-25

Burckel D., Cusin F., Juillard C., Batsch L. (2009), Vieillissement de la population, gérontocroissance et marché du logement, Risques, 78, p. 94-100

Burckel D., Cusin F., Juillard C. (2008), Flux résidentiels en Ile-de-France et différenciation des marchés, Etudes Foncières, 135, p. 41-43

La diversité des marchés immobiliers a une conséquence importante : les évolutions conjoncturelles n'ont pas le même impact partout. Quelles sont alors les tendances qui structurent les marchés au-delà de la conjoncture ? Comment s'organisent les circulations résidentielles dans un espace caractérisé par un grand brassage de populations ? Comment mesurer l'attractivité des territoires et la fragmentation socio-spatiale qui en résultent ?

Juillard C., Cusin F., Burckel D., Simon A. (2008), Les déterminants de la valeur des appartements : Une approche hédoniste, Etudes Foncières, 136, p. 7-10

La mise en relation des prix des logements et de leurs différentes caractéristiques (les localisations, mais aussi les types de biens et même les types d'acteurs) est rendue possible par le traitement statistique des bases de données. Un nouveau champ d'investigation pour mieux comprendre les ressorts du marché des logements.

Cusin F. (2008), La gentrification en question. Entre stratégies résidentielles des nouvelles classes moyennes et mutations socioéconomique des villes, Espaces et sociétés, 134, 3, p. 167-179

Cusin F. (2006), Relations marchandes et esprit d'entreprise : La construction sociale de la confiance, Interventions économiques, 33

La notion de confiance est fondamentalement liée à celle d'incertitude. Cette dernière peut porter sur des évènements non intentionnels à venir, sur l'« état du monde » dans le futur, pour reprendre le langage de la théorie des jeux. Elle peut aussi porter sur une personne avec qui on interagit. Dans la sphère économique, la confiance est d'autant plus cruciale que les partenaires de l'échange ont des intérêts par essence divergents. Dans quelle mesure le comportement d'autrui est-il prévisible ? Ne risque-t-il pas de faire défaut par incompétence, par ruse ou par malhonnêteté ?

The concept of trust is basically related to that of uncertainty. The latter relates to nonintentional events to come, to the "state of the world" in the future as the game theory puts it. Uncertainty can also relate to a person with whom one interacts. In the economic sphere, trust is crucial as the partners of an exchange have often divergent interests. Up to what point is the behaviour of others foreseeable? Is it not likely that our perception will be deceived by incompetence, trick or dishonesty?

Cusin F. (2002), Les figures du client bancaire moderne et ses relations paradoxales à la banque, Sciences de la société, 56, p. 115-131

Le marché de la banque aux particuliers a connu d'importantes transformations depuis une vingtaine d'années. Partant de ce constat, cet article vise à comprendre pourquoi, en dépit des signes d'émergence du « consumérisme financier », la fidélité à sa banque demeure la règle, et pourquoi, au milieu même de cette «loyauté », les clients manifestent des attitudes très souvent paradoxales à l'égard des banques(mélange de confiance, méfiance et dé-fiance). L'analyse d'une enquête qualitative permet de saisir les représentations individuelles et sociales de la banque et de souligner la pluralité des registres impliqués(intérêts, affects, cognitions, normes, valeurs). Elle conduit à la fois à faire éclater l'image unifiée de la figure du client et à distinguer plusieurs dimensions fondamentales de la relation à la banque, selon que la banque est envisagée sous l'angle d'un système, d'une activité, d'une institution ou d'une relation interpersonnelle. L'étude insiste sur le caractère central pour les ménages de la relation bancaire ­au-delà de la « simple » relation marchande­, tant du point de vue de leur intégration économique que de leur intégration sociale.

Cusin F. (1998), Motivations et cognitions dans les comportements liés à l'argent : L'apport de Simmel, L'Année sociologique, 48, 2, p. 417-445

Monumentale synthèse sur le rôle de l'argent dans l'avènement de la modernité, « Philosophie de l'argent » tire une partie importante de ses fondements d'une théorie de l'action monétaire. Cet article propose d'en rassembler les éléments, dispersés dans l'ouvrage de Simmel, autour de deux grandes dimensions de l'action : celle des motivations et celle des cognitions. La première renvoie essentiellement aux mécanismes de valorisation et d'élaboration des buts qui interviennent dans les comportements économiques de la vie quotidienne. Ainsi, l'étude de ce que Simmel appelle les « pathologies monétaires » dépasse largement le cas de conduites extravagantes : elle permet à la fois de mieux comprendre les différentes logiques à l'oeuvre dans les pratiques les plus courantes d'accumulation et de dépense d'argent, et de montrer comment ces logiques s'articulent avec le contexte général de monétarisation de la vie sociale et la dématérialisation de la monnaie. En outre, l'étude de la dimension cognitive des actions monétaires apporte des éclairages tout à fait importants sur la manière dont les individus perçoivent leur situation, font des anticipations, et effectuent des choix dans un environnement socio-économique de plus en plus complexe. Enfin, un certain nombre de prolongements aux analyses de Simmel sont ici proposés pour l'étude des comportements et représentations en matière d'épargne et de consommation.

Cusin F. (1997), Du mont-de-piété à la carte de crédit, Informations sociales, 64, p. 40-53

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, on assiste à un développement et à une diversification de l'offre de crédit ainsi qu'à une transformation des attitudes subjectives à son égard, en lien avec l'évolution des modes de vie. Pour autant, de fortes disparités subsistent dans les comportements qui traduisent des rapports différents à l'argent, au temps, à la consommation, au risque.

Ouvrages

Juillard C., Cusin F. (2012), Les marchés immobiliers des métropoles françaises, Paris, Publi.not/Editions du Notariat, 260 p.

Le Conseil supérieur du Notariat annonce la parution d'une étude de référence sur les marchés immobiliers des métropoles françaises de 1998 à 2010, élaborée en partenariat avec l'université Paris-Dauphine. En analysant les transactions de logements anciens sur 12 des plus grandes agglomérations françaises (Paris, Lyon, Marseille, Lille, Toulouse, Bordeaux, Nice, Nantes, Strasbourg, Rennes, Montpellier et Orléans ), l'ouvrage permet une meilleure compréhension du fonctionnement global des marchés immobiliers au sein de l'aire urbaine. Dans une triple approche statistique, géographique et sociologique, elle identifie, au-delà des prix, les spécificités liées au profil des acquéreurs et à la distribution des transactions dans les territoires.

Burckel D., Juillard C., Cusin F., Batsch L. (2006), Demande de logement : la réalité du choc sociologique, Paris, Crédit Foncier, 94 p.

Benamouzig D., Cusin F. (2004), Économie et sociologie, Paris, Presses unviersitaires de France, 493 p.

La sphère économique connaît aujourd'hui de profondes transformations. Ces évolutions modifient la structure des sociétés contemporaines, les modes de vie et le rôle de l'État dans l'économie. Elles conduisent à s'interroger sur les rapports entre économie et société, en particulier sur les conséquences de la diffusion des logiques du marché dans les différentes sphères sociales et sur le degré d'autonomie des phénomènes économiques par rapport aux autres phénomènes sociaux. L'objet de cet ouvrage que l'on pourrait intituler L'économie vue par les sociologues, est d'introduire à l'étude sociologique de l'économie comme sphère d'activité, plutôt qu'à l'économie comme discipline. S'inscrivant dans la tradition des auteurs classiques tels Marx, Durkheim, Simmel ou Weber et s'appuyant sur de nombreux travaux récents en sciences sociales, ce manuel inédit défend l'intérêt d'une sociologie générale de l'économie et s'inscrit dans le développement d'une sociologie économique contemporaine en contrepoint d'une économie néoclassique, prédominante durant ces dernières décennies.

Chapitres d'ouvrage

Cusin F. (2014), Les dynamiques urbaines au prisme des mobilités résidentielles longues, in Vignal C., Miot Y., Fol S. (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 65-96

Cusin F. (2012), La sociologie économique et la socialisation des relations marchandes, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses universitaires de France, p. 159-176

Cusin F. (2012), Au coeur des politiques d'attractivité des villes : la question du logement, in Université Paris-Dauphine . (dir.), Les enjeux de nos sociétés expliqués à tous, Paris, Université Paris-Dauphine, p. 89-114

Cusin F., Damon J. (2011), Attractivité des villes et politiques d'attractivité, in Damon J. (dir.), Villes à vivre : modes de vie urbains et défis environnementaux, Paris, Odile Jacob, p. 119-146

Cusin F. (2006), La sociologie économique et la socialisation des relations marchandes, in Alter N. (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, Presses universitaires de France, p. 157-173

Cusin F. (2005), Le marché, in Valade B., Cherkaoui M., Boudon R., Borlandi M. (dir.), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France, p. 420-424

Cusin F. (2004), Attirer, sélectionner, fidéliser : le double marché du crédit aux particuliers, in Cochoy F. (dir.), La captation des publics : c'est pour mieux te séduire, mon client..., Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 153-180

Communications

Cusin F. (2011), La différenciation des territoires urbains : une étude à partir des marchés immobiliers locaux, IVème Congrès de l'Association française de Sociologie, Grenoble, France

La fragmentation socio-spatiale des territoires urbains prend différentes formes : gentrification des centres urbains et des zones péricentrales, recherche d'entre-soi dans les banlieues résidentielles et dans le périurbain, concentration de la pauvreté dans des quartiers de plus en plus stigmatisés. L'objet de cette contribution est d'appréhender cette problématique à partir de l'analyse des transactions immobilières recensées dans les bases notariales BIEN et PERVAL. Les résultats présentés sont issus d'une étude menée à l'Université Paris-Dauphine, en partenariat avec le Conseil Supérieur du Notariat. Douze aires urbaines françaises, et plus particulièrement celles de Paris, Lyon et Nantes, ont été étudiées durant la période 1998-2010. L'exploitation des bases notariales permet de replacer au coeur de l'analyse du peuplement urbain une variable déterminante mais peu étudiée d'un point de vue sociologique : les prix immobiliers. Ceux-ci constituent à la fois un indicateur du degré d'attractivité des territoires et un puissant facteur de « tri social » à l'entrée des quartiers et des communes. La prise en compte du profil des acquéreurs et leur localisation d'origine permet en outre de mieux comprendre comment s'orientent les mobilités résidentielles et comment celles-ci contribuent à redessiner la géographie sociale des villes.

Cusin F. (2009), Campagnes résidentielles et mobilités : vivre à la campagne, travailler en ville, La complémentarité territoriale : vers de nouveaux liens de coopération entre territoires ruraux et urbains, Paris, France

Cusin F. (2007), Mutations de l'emploi et mobilités résidentielles : vers une redéfinition des rapports entre travail et logement ?, Le logement et l'habitat comme objets de recherche, Toulouse, France

Retour à la liste