Curriculum vitae
PDF

Bessière Céline

Maître de conférences
IRISSO

Celine.BESSIEREping@dauphinepong.fr
Tel : 01 44 05 48 18
Bureau : P408ter

Publications

Articles

Mille M., Bessière C. (2014), The Judge is often a Woman. Professional Perceptions and Practices of Male and Female Family Court Judges in France, Sociologie du travail, 56, supp. 1, p. e43-e68

In France, a civil-law country, disputes relating to marital dissolution are heard in the Family Chambers of the Superior Courts (Chambres de la famille des Tribunaux de Grande instance) by a single judge (a family court judge). As the judiciary becomes more feminized, the question of what influence a judge's gender has over rulings in family cases has become a controversial topic and a media hobbyhorse, under mounting pressure from fathers' rights organizations. Using the results of a collective survey conducted in four Superior Courts between 2008 and 2010, this article shows that male and female family court judges do not have the same personal and professional paths into the profession and do not take up their jobs under the same circumstances or at the same points in their careers, and thus perceive their roles in quite different ways. Despite all these differences, there is great homogeneity in these judges' decisions, regardless of their sex.

Bessière C. (2014), Female and male domestic partners in wine-grape farms (Cognac, France): conjugal asymmetry and gender discrimination in family businesses, The History of the Family, 19, 3, p. 341-357

Agriculture in contemporary France is dominated by family businesses. On Cognac wine-grape farms, training for the occupation and taking over the business is the result of parents' efforts to socialize one (or more) of their children. This long-term socialization varies by gender. Farm property, professional skills, and the status of business head are in most cases transmitted to male heirs. Female heirs suffer discrimination in their families. If they have one or more brothers, their families take it as a given that a male heir ought to inherit the farm, and that female heirs are 'not interested.' To elucidate these phenomena, I will compare two asymmetrical situations, 'ordinary cases' - when a male heir heads the grape-growing business - vs. 'exceptional cases,' when a female heir is farm head. For the first, I will show that female domestic partners' off-farm salaried labor does not put an end to on-farm productive or financial cooperation in the couple. For the second situation, I show that male domestic partners, working on or off the farm, are always problematic, presenting another obstacle for women wishing to take over a family grape-growing business. By focusing analysis on the asymmetry of female and male domestic partners in family businesses, this article thus makes an empirical contribution to knowledge of discrimination against female business heads.

Laferté G., Bruneau I., Bessière C. (2014), Introduction. Les agriculteurs dans la France contemporaine, Sociétés contemporaines, 4, 96, p. 5-26

Gollac S., Bessière C. (2014), Des exploitations agricoles au travers de l'épreuve du divorce, Sociétés contemporaines, 4, 96, p. 77-108

L'augmentation des séparations conjugales touche toutes les catégories socioprofessionnelles, y compris les agriculteurs. Cet article s'appuie sur un corpus d'une vingtaine de dossiers judiciaires de divorces impliquant un agriculteur ou une agricultrice entre 2009 et 2011. Il examine les modalités selon lesquelles les exploitations agricoles résistent (ou non) au divorce. L'analyse se concentre sur les disparités entre agriculteurs. Les dossiers judiciaires de divorce témoignent de l'existence de groupes sociaux d'agriculteurs inégalement dotés en capitaux économiques, culturels et sociaux, au sein desquels les séparations conjugales n'ont pas les mêmes conséquences. L'article met également en lumière le fait que l'institution judiciaire ne reconnaît pas la contribution économique (productive ou aujourd'hui de plus en plus souvent financière) des femmes dans les exploitations agricoles. Ainsi, la perpétuation de la domination masculine, selon des modalités renouvelées, participe à la reproduction de rapports de classe dans l'agriculture.

In France, the number of partnership dissolutions is rising in all social/professional groups, including farmers. This paper is based on a corpus of twenty judiciary files of divorces implying a male or female farmer between 2009 and 2011. We study how farms can get over divorces. The analysis focuses on disparities between farmers. Divorce judiciary files are a good place to observe the diversity of socio-economic positions of farmers who have uneven economic, social and cultural capitals to face the event of divorce and its consequences. The article also highlights the fact that family justice does not recognize female domestic partners' economic contribution to farms. This contribution is not only productive but more and more often financial today. Thus, masculine domination perpetuates itself, and contributes to the reproduction of class hierarchies in agriculture.

Laval G., Dabert J., Bonduelle A., Bessière C., Angeloff T. (2014), Enseigner le genre : un devoir de dissidence. Retour sur quatre années d'introduction à la sociologie du genre à l'université Paris-Dauphine, Travail, genre et sociétés, 1, 31, p. 85-99

Cet article revient sur la pratique d'un enseignement du genre, introduit au niveau du Master 1 dans une université parisienne, Paris-Dauphine, spécialisée dans l'économie, la gestion et la finance. Il a pour originalité de confronter les points de vue des deux enseignantes à l'origine de la création de ce cours d'introduction au genre en sociologie et de trois étudiant-e-s de la dernière promotion qui ont accepté de se prêter, avec réflexivité, à cet exercice rétrospectif qui pose la question suivante : que fait le genre aux étudiant-e-s ? Et inversement, que font les étudiants d'un enseignement comme celui du genre, dans le cadre d'une formation en sciences sociales assez généraliste ? Loin d'un article théorique, il s'agit de partir de ces témoignages estudiantins concrets pour s'interroger sur la pédagogie du genre en sociologie, ses enjeux politiques et scientifiques, ses limites, sa (dé)légitimation. Dans cet écrit polyphonique, Tania Angeloff et Céline Bessière tentent de revenir sur leur pratique d'enseignantes du genre - pratique marginale, dans leur contexte institutionnel -, et de mettre en perspective les trois témoignages individuels des étudiant-e-s, dont l'un est très critique.

This article deals with the teaching of gender, introduced at the Master 1 level of a Parisian university, Paris-Dauphine, specialized in economy, management and finance. Its specificity is to confront the points of view of the two professors who originated this introductive course to gender in sociology with that of three students of the previous year who accepted to take part, with reflexivity, in this retrospective exercise. It taps the following question : what does gender do to students ? And reversely, what do students do with a teaching such as that of gender, within the framework of a rather generalist training in social sciences ? Far from a theoretical article, concrete student testimonies question pedagogy of gender in sociology, its scientific and political implications, limits and (de)legitimization. In this polyphonic document, Tania Angeloff and Céline Bessière try to reflect on their practice of gender teaching - a marginal practice in the institutional context - and to put into perspective three individual students' testimonies, one of which is very critical.

Mille M., Bessière C. (2013), The judge is (often) a woman. Professional perceptions and practices of male and female family court magistrates, Sociologie du travail, 55, 3, p. 341–368

En France, le contentieux des séparations conjugales est traité dans les Chambres de la famille des tribunaux de Grande instance (TGI) par un juge unique (un ou une juge aux Affaires familiales). Dans un contexte de féminisation de la magistrature, la question de l'influence du sexe du juge sur les décisions prises aux Affaires familiales est devenu un sujet sensible, sous la pression des associations de défense des droits des pères qui en ont fait un cheval de bataille médiatique. En s'appuyant sur les résultats d'une enquête collective menée dans quatre TGI entre 2008 et 2010, l'article montre que les juges aux Affaires familiales hommes et femmes n'ont pas la même trajectoire personnelle et professionnelle, qu'ils n'arrivent pas à cette fonction dans les mêmes conditions, au même moment de leur carrière et par là même qu'ils n'ont pas la même manière d'envisager leur rôle. Malgré toutes ces différences, il règne une grande homogénéité des décisions, quel que soit le sexe du juge.

In France, disputes related to marital separations are heard in the Family Chambers of the Superior Courts (Chambres de la famille des Tribunaux de Grande instance) by a single judge (a family court judge). As the magistracy feminizes, the question of what influence a judge's gender has over rulings in family cases has become a controversial topic and a media hobbyhorse, under mounting pressure from organizations that defend fathers' rights. Using the results of a collective survey conducted in four Superior Courts between 2008 and 2010, this article shows that male and female family court judges do not follow the same personal and professional paths and do not assume their jobs under the same conditions or at the same moment in their careers, and thus perceive their roles in quite different ways. Despite all these differences, there is great homogeneity in these judges' decisions, no matter their sex.

, Résidence alternée : la justice face aux rapports sociaux de sexe et de classe, Lien social et Politiques, 69, p. 125-143

En 2002, en introduisant dans le Code civil la possibilité de résidence alternée des enfants suite à la séparation de leurs parents, les législateurs français ont institutionnalisé le principe de « coparentalité ». Dix ans après, la résidence des enfants chez leur mère continue pourtant de s'imposer massivement lors du règlement judiciaire des ruptures conjugales. À la lumière d'une enquête menée dans quatre tribunaux entre 2009 et 2010, l'article interroge les raisons de la progression limitée de la résidence alternée. Il explique pourquoi les pères et surtout les mères occupant des positions professionnelles stables, les affiliant souvent aux classes moyennes voire supérieures, ont nettement plus de chances de recourir à la résidence alternée que les hommes et les femmes des catégories populaires.

In 2002, when French legislators introduced into the Civil Code the possibility for children of separated parents to live alternately with one parent and then the other, they institutionalized the principle of "coparenting". Ten years later, having children live with their mother continues to be an infrequent practice when marital breakdown leads to a court-ordered settlement. On the basis of an investigation conducted in four courts between 2009 and 2010, this paper examines the reasons for this limited increase in children living alternately with one parent and then the other. It also explains why fathers, and especially mothers, having stable professional jobs - often making them part of the middle, if not upper-middle class - are far more likely to agree to alternating homes for their children than working-class men and women are.

Bessière C., De Paoli C., Gouraud B., Roger M. (2012), Les agriculteurs et leur patrimoine : des indépendants comme les autres ?, Economie et statistique, 444-445, p. 55-74

Les travailleurs indépendants échappent à la plupart des études sur la stratification sociale. L'étude de leur patrimoine est une voie possible pour progresser dans la connaissance de leur position sociale. En effet, la plupart des indépendants exploitent eux-mêmes un patrimoine productif, qu'ils possèdent en partie ou en totalité. À partir de l'enquête Patrimoine 2003-2004, l'objet de cet article est de préciser la répartition du patrimoine des indépendants, et en particulier des agriculteurs, entre ses différentes composantes : professionnelle, immobilière et financière Les agriculteurs et les professions libérales ont des niveaux de patrimoine brut plus élevés que les artisans et les commerçants. Il y a néanmoins une différence notable entre agriculteurs et professions libérales : la dispersion des patrimoines est bien plus faible pour les agriculteurs-exploitants. Le niveau de patrimoine professionnel brut au-dessous duquel se trouve le quart des ménages d'agriculteurs les moins dotés est de 81 748 euros, soit 3 fois plus élevé que celui des commerçants, 6 fois plus élevé que celui artisans et 15 fois plus élevé que celui des professions libérales. Ceci atteste d'un coût d'entrée - sous forme d'immobilisation patrimoniale - particulièrement élevé dans la profession agricole. Ainsi, les agriculteurs détiennent les plus gros patrimoines professionnels bruts (274 573 euros en moyenne). Alors que pour toutes les autres professions indépendantes, la part du patrimoine professionnel tend à décroître au fur et à mesure que la richesse globale croît, la part du patrimoine professionnel demeure importante chez les agriculteurs quel que soit leur niveau de richesse. Cette forte proportion s'explique par la détention d'un avoir professionnel peu liquide et de valeur très élevée : la terre. Plus les agriculteurs sont riches, plus la part du foncier est importante dans leur patrimoine professionnel.

Bessière C. (2011), Les séparations conjugales dans les familles agricoles, Informations sociales, 2, 164, p. 64-71

Les agriculteurs et les agricultrices se marient davantage, divorcent moins et, quand ils vivent en union libre, se séparent moins que les hommes et les femmes appartenant à toutes les autres catégories socioprofessionnelles. Pour comprendre pourquoi les ruptures conjugales sont moins fréquentes dans les familles agricoles, il faut examiner comment les couples se séparent, ce que ces séparations ont en commun avec les séparations dans d'autres groupes sociaux et les implications spécifiques qu'elles comportent. Cette analyse permet de dépasser l'image toute faite de « familles traditionnelles » et offre un éclairage inédit pour mesurer les transformations des entreprises familiales agricoles contemporaines.

Bessière C. (2011), Des producteurs indépendants face aux multinationales. Les viticulteurs de Cognac sous dépendance économique, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 190, p. 108-125

La commercialisation du cognac dans le monde est l'affaire d'une poignée de grandes marques détenues par des groupes multinationaux du secteur du luxe, des vins et des spiritueux qui se fournissent en vin et en eau-de-vie auprès d'environ 5 000 viticulteurs, situés en Charente et en Charente-Maritime. Une enquête de terrain de longue durée menée dans ces exploitations viticoles permet d'observer les formes de la dépendance de ces producteurs indépendants. La domination économique des grandes entreprises de négoce ne s'exerce pas néanmoins de façon uniforme sur l'ensemble des viticulteurs. Au sein d'une même région (la région délimitée Cognac), d'une même production (viticole) et d'un même statut d'emploi (propriétaire-exploitant), coexistent des groupes sociaux différenciés et hiérarchisés socialement. Selon la structure de leurs capitaux - le volume de leur patrimoine économique combiné à leurs ressources culturelles et sociales, - les viticulteurs indépendants disposent de plus ou moins de ressources pour faire face à cette domination économique.

The worldwide commercialization of cognac is managed by a handful of big brands owned by multinational corporations operating in the sectors of luxury goods, wine and liquors. These conglomerates purchase their wine and their liquors from approximately 5,000 vine growers established in the regions of Charente and Charente-Maritime. Following extensive fieldwork in their vineyards, it is possible to observe the forms of dependency in which these independent producers are held. The economic domination of large trading corporations, however, does not affect evenly all the vine growers. Within a same region (the delimited region of Cognac), within a same sector (vine growing), and within a same professional status (owner-grower), socially differentiated and hierarchized groups can coexist. Depending on the structure of their capital - the volume of their economic capital combined with their cultural and social resources - independent vine growers can commit varying levels of resources in their resistance to economic domination.

Bessière C. (2010), Travailler à l'extérieur : des applications ambivalentes pour les compagnes d'agriculteurs, Nouvelles questions Féministes, 27, 2, p. 53-66

Les jeunes compagnes d'agriculteurs occupent de plus en plus des emplois salariés, en dehors de l'exploitation de leur conjoint. Elles conçoivent l'emploi salarié comme la condition de leur émancipation financière et de l'autonomisation de leur activité professionnelle par rapport à leur conjoint, leurs beaux-parents et l'entreprise familiale. Elles cherchent à ne pas reproduire la condition d'aide familiale de leur belle-mère. À partir d'une enquête ethnographique de longue durée, menée dans les exploitations viticoles de la région de Cognac, cet article montre que les processus d'émancipation des compagnes de viticulteurs salariées à l'extérieur de l'exploitation doivent être nuancés et varient selon les positions sociales des un·e·s et des autres.

Renahy N., Giraud C., Bessière C. (2008), Introduction générale : Famille, travail, école et agriculture, Revue d'études en agriculture et environnement, 88, 3, p. 5-19

Bessière C. (2008), « Se marier pour aller jusqu'au bout ensemble ? » Ruptures conjugales et transmission des exploitations agricoles dans la lignée, Revue d'études en agriculture et environnement, 88, 3, p. 47-70

Les agriculteurs qui vivent en couple tendent à se marier davantage que les autres catégories socio-professionnelles, et à moins divorcer. A partir de l'enquête Etude de l'histoire familiale (INSEE/INED 1999) et d'une enquête ethnographique sur les jeunes viticulteurs de la région de Cognac, l'auteure montre, cependant, que les agriculteurs et leurs compagnes ne constituent pas des groupes sociaux « à part », « à l'abri » de la fragilisation croissante des rapports conjugaux. Elle repère ainsi des transformations similaires à celles de la population salariée : la fin du recours systématique au mariage, l'augmentation des divorces et plus généralement la possibilité, toujours présente dans la vie de couple, de la séparation. Il n'empêche que les ruptures d'union, quand elles mettent en jeu un agriculteur, s'inscrivent dans des contextes sociaux particuliers et comportent des implications spécifiques. Cette spécificité est liée non seulement à la présence d'une entreprise familiale, mais surtout à l'importance de la transmission de cette dernière dans la lignée.

Bessière C., Gollac S. (2007), Le silence des pratiques. La question des rapports de genre dans les familles d'« indépendants », Sociétés et représentations, 2, 24, p. 43-58

Cet article s'appuie sur deux enquêtes de terrain menées auprès de familles d'indépendants, l'une auprès d'exploitations familiales viticoles dans la région de Cognac, l'autre auprès de familles d'artisans (boulangers-pâtissiers et maçons). Dans les deux cas, on peut observer, d'une part, un partage sexué des tâches au sein du collectif de production familiale - collectif de production professionnelle mais aussi domestique, que nous appellerons maisonnée - et, d'autre part, une définition « genrée » des rôles dans la transmission du patrimoine de la lignée (ou groupe de descendance). Pourtant, les personnes enquêtées ne tiennent ni discours normatif, ni discours contestataire sur le rôle des hommes et des femmes. Le partage des tâches, par exemple, est bien décrit mais son aspect genré n'est pas remarqué et encore moins remis en cause. En l'absence d'un discours féministe ou sexiste, la question du genre peut néanmoins faire sens pour les acteurs par le biais de problématiques qui leur sont propres. Ainsi la différenciation des rôles masculins et féminins au sein de la lignée est-elle clairement explicitée, voire contestée par les enquêté(e)s. En revanche, la problématisation du partage genré des tâches (domestiques et professionnelles) n'apparaît qu'indirectement. Pour l'appréhender, il a fallu poser une question qui, elle, fait sens pour les enquêté(e)s : l'accroissement du travail salarié des femmes d'indépendants.

This article is based on two field surveys carried out among families of independent workers, one among wine growers in the Cognac region, the other one among families of bakers and masons. In both cases, one observes, on one hand a gendered share of tasks among the --professional and domestic-- cooperative of family production -- which we will call « household « and, on the other hand, a « gendered « definition of roles in the trasmission of the descendants' patrimony (or groups of descendants). However, the people questionned don't speak either normative or disputing discourses about the role of men and women. The sharing of tasks, for example, is described, but its gendered aspect is ignored and even less questioned. In the absence of a feminist or sexist discourse, the issue of the genre can nevertheless make sense for the actors when problematics that concern them are raised. Then, the differenciation between male and female roles in the lineage is quite explicited, even questioned, by the people surveyed. On the other hand, the problematisation of the gendered sharing of tasks (professional and domestic) only appears indirectly. In order to tackle it, the surveyors had to raise a question that was particularly relevant to the surveyed : the increase of salaried work among independent workers' wives.

Sofio S., Oeser A., Guyon S., Gollac S., Della Sudda M., Bargel L., Bessière C. (2007), Appropriations empiriques du genre, Sociétés et représentations, 2, 24, p. 5-10

Gollac S., Bessière C. (2005), La division sexuée du travail dans les entreprises familiales. Discours et pratiques, Bulletin de la Fédération Paris-Jourdan, 9, p. 3-4

Bessière C. (2004), Les « arrangements de famille » : équité et transmission d'une exploitation familiale viticole, Sociétés contemporaines, 4, 56, p. 69-89

Les donations entre vifs constituent un mode privilégié de transmission du patrimoine chez les agriculteurs. Ce sont les « arrangements de famille », un terme qui souligne combien les partages patrimoniaux mêlent des enjeux économiques, juridiques et affectifs. L'enquête ethnographique auprès de familles exploitantes de la région délimitée Cognac (Charente) restitue le point de vue des parents, des enfants héritiers (repreneurs et non repreneurs de l'exploitation) sur les « arrangements de famille », selon la position socio-économique de l'exploitation familiale et les trajectoires sociales respectives des différents protagonistes du partage. Le texte mettra l'accent sur l'incertitude des compromis lors des « arrangements » qui se déroulent dans un temps long et mettent en jeu deux objectifs en concurrence : l'équité entre germains et le maintien de l'exploitation familiale.

Inter vivos donations are a usual way of transmitting property in agriculture. The division of patrimony in "family agreements" raises economic, legal and affective issues. A long-term ethnographic study of vine-growing family farms in the Cognac region (Charente) gathers together parents and children (farm successor heirs and non-successor heirs) points of view on these settlements ; points of view which depend on family farm socio-economic position and social trajectory of every heir. This article underlines uncertainties in the commitments at stake in those long term settlements. Two goals are in competition : siblings equity and family farm preservation.

Bessière C. (2004), « Vaut mieux qu'elle travaille à l'extérieur ! » : enjeux du travail salarié des femmes d'agriculteurs dans les exploitations familiales, Cahiers du genre, 2, 37, p. 93-114

Depuis les années soixante-dix, le nombre de femmes d'agriculteurs qui occupent un emploi salarié en dehors de l'exploitation familiale ne cesse de croître. Deux tiers des jeunes ménages comprenant un actif agricole comptent aujourd'hui un conjoint actif non agricole. Ce sont principalement des employées. Cette évolution conduit à une recomposition des rapports sociaux de sexe mais aussi à des transformations du fonctionnement domestique et économique des exploitations familiales, qui sont à la fois des familles et des entreprises. L'article se propose d'analyser ces transformations -- au plus près des pratiques d'habitat, de travail, de répartition des tâches domestiques -- à partir d'une enquête ethnographique de longue durée auprès d'exploitations familiales viticoles de la région délimitée Cognac (Charente).

Since the 1970s, the number of farmers' wives who hold a salaried job outside the family holding has grown continuously. Two-thirds of young couples including an agriculturalist now have a working non-agricultural spouse. They are mainly female employees. This evolution has changed gender relations but also the domestic and economic functioning of family farms which are both families and businesses. This article sets out to analyse these transformations -- through a close study of homes, work, division of domestic tasks -- on the basis of a long-term ethnographic study of vine-growing family farms in the Cognac region (Charente).

Gojard S., Bessière C. (2004), Décloisonnements disciplinaires, transferts et malentendus, Économie rurale, 282, p. 59-71

Ce texte propose de rendre compte d'une conférence pluridisciplinaire en prenant comme angle d'approche les échanges concrets entre économie et sciences sociales. Les définitions institutionnelles des disciplines, pour opératoires qu'elles soient, ne préjugent en rien du contenu effectif des recherches inscrites sous leurs étiquettes. En effet, les évolutions internes des disciplines concernées, notamment du fait du développement de la sociologie économique, ont conduit à des décloisonnements quant aux objets de recherche, mais aussi aux modes d'interprétation des comportements. La clarification de ces évolutions est nécessaire pour aborder l'étude des zones de contact entre économie et sciences sociales. Lorsqu'une discipline s'empare d'un objet ou de concepts nouveaux, se posent en effet des questions sur les transferts et les emprunts qu'elle fait à la discipline de départ. Ces emprunts, plus ou moins respectueux du sens initial des concepts, peuvent conduire à des malentendus dans le dialogue entre économie et sciences sociales.

Disciplinary decompartmentalization - transfers and misunderstandings -This text gives an account of an interdisciplinary conference, highlighting actual exchanges between economics and social sciences. Institutionnal definitions of the disciplines, though they are operating, do not allow to foresee the contents of the researchs conducted under their labels. Internal evolutions of the disciplines, notably due to the development of the New Economic Sociology, have entailed decompartmentalizations concerning research objects, but also ways to interprète the practices and behaviours. A clarification of those evolutions is necessary to broach the study of contacts between economics and social sciences. When a discipline tackles new objects or concepts, questions arise on transferts and borrowings from the departure discipline. Those borrowings, more or less respectful of the initial concepts, can lead to misunderstandings in the dialogue between economics and social sciences.

Bessière C. (2003), Race/classe/genre. Parcours dans l'historiographie américaine des femmes du Sud autour de la guerre de Sécession, Clio, 17, p. 231-258

Race/classe/genre. Parcours dans l'historiographie américaine des femmes du Sud, autour de la guerre de Sécession : comment articuler des inégalités de genre avec d'autres types d'inégalités sociales ? Au lieu de proposer une (improbable) théorie de l'articulation, j'interroge ici un champ historiographique particulier où a été mis en oeuvre pratiquement ce type de questionnements. Ce texte peut être lu comme un review article qui fait le point sur les débats intellectuels dans un champ de l'histoire des femmes, peu connu en France : l'histoire des femmes du Sud est un domaine récent de l'histoire américaine, confronté dès sa naissance à l'articulation de rapports de pouvoirs fondés sur la race, le genre et la classe et qui présente une très forte " cumulativité " dans ce domaine. Ce parcours dans une historiographie américaine ne propose pas de solution théorique définitive aux questions d'articulation de différents types d'inégalités, mais il souhaite fournir, quelques jalons et pistes de travail utiles pour les sociologues et historiens, qui se posent ces questions.

Race/Class/Gender. Exploring Southern American women's history : how do gender and other social inequalities interact with one another ? In order to articulate to articulate Race, Class and Gender I'd rather not come up with an (unlikely) theory of interaction. Rather I shall focus here on a specific moment in the South, from the Antebellum years to Reconstruction. This article can first be read as a review of southern women's history, as its recent historiography is still not well known in France. Southern women's history is a quite recent field of research in American history and it has always been confronted to the interaction of power relations based on race, gender and class. Beyond providing historical landmarks necessary to understanding the period, this article deals with larger theoretical issues. Although in the final analysis I shall not suggest a theory that would articulate gender with other social inequalities, I hope that the spreading of these issues will provide sociologists and historians with useful tools and landmarks.

Houseaux F., Bessière C. (1997), Suivre des enquêteurs, Genèses, 29, p. 100-114

Ouvrages

Bessière C. (2010), De génération en génération : Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d'agir, 215 p.

Les agriculteurs sont de moins en moins nombreux. Ils représentent désormais un peu moins de 3 % de la population active. Ils sont pourtant l'objet d'une attention médiatique régulière lorsque les prix des matières premières s'envolent ou lorsque des crises sanitaires et environnementales viennent questionner leurs façons de produire. Les sciences sociales en revanche ont cessé de s'intéresser aux agriculteurs depuis les années 1980. Le propos de ce livre contribue donc à combler un vide. Pourquoi et comment devient-on agriculteur aujourd'hui ? On sait que la transmission des exploitations a toujours lieu principalement au sein de la famille. Pourquoi et comment des enfants d'agriculteurs reprennent-ils une exploitation familiale, alors que d'autres horizons sociaux pourraient s'ouvrir à eux ? Cette question mérite un réexamen aujourd'hui, en tenant compte des transformations du secteur agricole : la mondialisation des marchés, l'agrandissement des exploitations et le développement des sociétés, ou encore l'allongement de la formation scolaire des agriculteurs. Mais cette question se pose aussi au regard des transformations du marché de l'emploi salarié. Après une période où la reprise de l'exploitation semblait aller de soi, a succédé une période où il valait mieux quitter l'exploitation en perte de vitesse que s'y accrocher. Aujourd'hui, le chômage de masse donne une nouvelle valeur aux stratégies de reprise, d'autant plus que devenir agriculteur ne suppose plus aujourd'hui d'épouser une agricultrice (ou rester célibataire), mais implique de plus en plus d'avoir une compagne qui « travaille à l'extérieur » de l'exploitation.

Sencébé Y., Renahy N., Mischi J., Laferté G., Jacquet O., Doidy E., Bessière C. (2007), Les mondes ruraux à l'épreuve des sciences sociales,, Éditions Quæ, 512 p.

L'objectif de ce colloque était de réunir des chercheurs de divers horizons, disciplinaires et nationaux, afin de mettre au jour les mutations contemporaines des mondes ruraux en prenant en compte l'historicité du regard scientifique sur ces mondes ruraux. Il s'agit d'insister sur le renouvellement des travaux en sciences sociales qui, en s'appliquant aux mondes ruraux, modifie le regard posé sur les objets classiques de la sociologie, de l'ethnologie et de l'histoire rurale. Les actes reprennent les contributions des participants aux différentes sessions, ainsi que les discussions effectuées par les membres du comité scientifique. Au final, l'articulation de ces connaissances nouvelles vise à contribuer au programme d'unification des sciences sociales en tentant, sur le terrain des mondes ruraux, de comprendre l'interdépendance des mondes sociaux.

Direction d'ouvrages

Godechot O., Coutant I., Gollac M., Baudelot C., Bessière C. (2003), Travailler pour être heureux ? le bonheur et le travail en France, Paris, Fayard, 351 p.

Que faut-il pour être heureux ? Quelle place occupe le travail dans la vie des Français et des Françaises ? Quels sont les aspects du travail susceptibles de favoriser un rapport heureux ou malheureux à l'activité professionnelle ? A l'heure du passage controversé aux 35 heures, autant de questions qui invitent à repenser la place du travail et du bonheur dans la vie quotidienne. Didactique, clair, et toujours stimulant, cet ouvrage, résultat d'une enquête menée sur plusieurs années, est parsemé de témoignages vivants dans lesquels le lecteur se reconnaîtra facilement et puisera matière à expliquer ses propres ambivalences dans son rapport au travail. Car si les conditions objectives de travail participent de ce rapport, d'autres facteurs comme la trajectoire sociale ou le sexe sont décisifs. On apprend également que si un surcroît d'autonomie est synonyme de bonheur chez les cadres, il ne l'est pas nécessairement chez les ouvriers ; que le bonheur et surtout le malheur au travail se rencontrent dans toutes les catégories socio-professionnelles ; et que le sentiment d'exploitation, qui définissait hier la condition ouvrière, a pris d'autres contours et fait aujourd'hui partie intégrante du vécu collectif.

Chapitres d'ouvrage

Gollac S., Bessière C. (2014), Famille, in Zalio P-P., Grossetti M., Chauvin P-M. (dir.), Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat, Paris, Presses de Sciences Po, p. 274-287

Gollac S., Bessière C. (2014), Travailleurs indépendants, in Zalio P-P., Grossetti M., Chauvin P-M. (dir.), Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat, Paris, Presses de Sciences Po, p. 537-549

Bessière C. (2010), Le soi, le couple et la maisonnée exploitante : l'argent dans les couples mixtes agriculteur/salariée en France,, L'usage de l'argent dans le couple : pratiques et perceptions des comptes amoureux? : perspective internationale, Paris, L'Harmattan

Bessière C. (2003), Une profession familiale : les trois dimensions de la vocation agricole, in Gramain A., Gojard S., Weber F. (dir.), Charges de famille : dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, p. 237-273

Communications

Bessière C., Gollac S. (2015), Law behind closed doors. When families meet liberal law professionnals., 13ème Congrès national de l'Association française de science politique, Aix-en-Provence, France

Lors d'une succession ou d'un divorce, les biens qui composent l'héritage ou le patrimoine conjugal sont distribués entre héritier(e)s ou entre ex-époux(ses). Rarement tranchés par l'institution judiciaire, ces partages se déroulent principalement dans les études de notaires et d'avocats qui mettent en oeuvre le droit civil et fiscal. Quels sont les effets sur les familles et les rapports de pouvoir au sein de chaque famille, de l'application dans le secret d'un cabinet de ce droit des biens ? Cette communication s'appuie sur une enquête ethnographique auprès de professionnels du droit (entretiens et observations avec des notaires et des avocats) ainsi que dans les tribunaux (examen de dossiers de divorce et de successions litigieuses). Nous montrerons que les visions du droit de ces professions libérales et la façon dont elles l'appliquent dépendent à la fois de leurs trajectoires et propriétés sociales (marquées notamment par la détention d'un patrimoine professionnel), ainsi que de leur distance aux intérêts de leurs client(e)s. Cette distance recouvre des rapports sociaux de classe et de race imbriqués avec des rapports de genre. Nous verrons ainsi comment les hommes et femmes professionnels du droit mettent en oeuvre le droit et l'imposent à leurs clientes et clients de différents milieux sociaux.

When an inheritance or a divorce takes place, the goods that compose the heritage or patrimony are split between heirs or ex-spouses. This sharing process is seldom endorsed by the judiciary. It most often is carried out in French notary (« notaire ») and attorney offices, according to civil and tax law. What are the effects on families and on power relations within each family of this undisclosed sharing process, which takes place behind closed doors ? This paper is based on an ethnographic study of legal professionals (interviews and observations were carried out with notaries and attorneys) and courtcases (concerning divorces and contentious inheritances). We show that the way these liberal professionals consider law and apply it depends on their trajectories and social caracteristics (especially their own ownership of a professional estate). It also depends on their relative social distance from their client's interests. This relation draws on social relations of class, race and gender. We show how male and female legal professionals apply law and impose their vision of this law on their female and male clients from different social backgrounds.

Bessière C., Bernard S. (2014), Les trajectoires de franchisés du commerce : premières pistes de recherche, 14èmes Journées Internationales de Sociologie du Travail, Lille, France

Les réseaux de franchises connaissent en Europe et dans le monde une progression régulière depuis le début des années 1970, la France se positionnant au premier rang européen. La franchise permet théoriquement aux franchisés de créer leur entreprise tout en limitant la prise de risque grâce à la notoriété et à l'image de marque de l'enseigne du franchiseur. C'est un accord par lequel une entreprise - le franchiseur - accorde à une autre entreprise - le franchisé - le droit de commercialiser des types de produits et/ou services, en échange d'une compensation financière directe ou indirecte. Il repose sur une collaboration étroite et continue entre franchiseur et franchisé qui se révèle cependant source d'ambiguïté. Aussi, les franchisés peuvent se voir imposer nombre d'exigences et de façons de faire qui compromettent leur liberté de choix et leur autonomie. Ces travailleurs « hybrides » se trouvent donc dans une situation ambivalente puisque, d'un côté, ils ont un statut d'indépendant mais, d'un autre côté, ils s'inscrivent dans un rapport de dépendance avec le franchiseur. En ce sens, on peut considérer qu'ils s'inscrivent dans les marges du travail et de l'emploi : ni salariés, ni réellement indépendants. Le contrat de franchise présente ainsi quelques proximités avec le contrat de travail, tant et si bien qu'il fait parfois l'objet d'une requalification en contrat de travail aux Prud'hommes. Comment devient-on franchisé ? Les franchisés ont-ils un profil spécifique de créateurs d'entreprise ? Pourquoi optent-ils pour ce statut ? La franchise offre-t-elle des opportunités que n'offre plus le salariat ? Est-ce un vecteur d'ascension sociale ? Ou n'est-ce qu'un leurre menant à la précarité ? Comment distinguer dans la relation entre franchiseurs et franchisés ce qui relève de la collaboration ou de la subordination ? Comment se manifestent des formes de dépendance des franchisés à l'égard des franchiseurs ? Comment y résistent-ils et quels sont leurs marges de manoeuvre ? Qu'est-ce qui distingue et/ou rapproche les franchisés des salariés ? Inversement, qu'est ce qui distingue et/ou rapproche les franchisés d'entrepreneurs comme les autres ? Comment perçoivent-ils leur statut ? Pour répondre à ces questionnements, nous nous appuierons sur les résultats d'une enquête réalisée auprès de franchisés inscrits dans des réseaux de la grande distribution.

Gollac S., Coquard B., Bessière C. (2014), Ce que la classe fait au genre. Le cas des affaires familiales en France, Le traitement judiciaire des séparations conjugales en France et au Québec, Paris, France

Bernard S., Bessière C. (2014), Les trajectoires de franchisés du commerce : premières pistes de recherche, Crise du salariat, renouveau de l'indépendance ?, Paris, France

Bessière C., Angeloff T. (2013), Enseigner la sociologie du genre à Dauphine : un parcours de combattantes, (Il)légitimité du genre dans l'enseignement supérieur, Paris, France

Nouiri-Mangold S., Mille M., Bessière C. (2011), Le genre dans les pratiques des professionnel-le-s aux Affaires familiales, XIème Congrès de l'Association Française de Science Politique, Strasbourg, France

Les chambres aux Affaires familiales sont un lieu privilégié d'observation des effets du genre dans les pratiques et décisions des professionnel-le-s de la justice. La justice des Affaires Familiales est un domaine moins valorisé du droit, où une majeure partie des postes sont occupés par des femmes. La nature des affaires traitées met ainsi aux prises ces magistrat-e-s, greffièr-e-s, avocat-e-s avec leurs normes et conceptions de la famille et des relations de couple. Ces effets de genre se mesurent d'abord aux variations notables entre les magistrat-e-s : leur manière de s'approprier leur rôle, leur conception du métier semblent ainsi être fortement différenciés selon le genre, et selon leurs trajectoires personnelles et professionnelles. Par ailleurs, si on prête attention à l'aspect collectif de la décision, on retrouve aussi des effets de genre dans la division du travail entre greffières, qui sont presque exclusivement des femmes, et magistrat-e-s : le fonctionnement interne des services conduit ainsi en lui-même à invisibiliser le travail des greffières. Cette communication, se fonde sur une enquête ethnographique collective dans quatre tribunaux de grande instance, et sur une série d'entretiens avec des professionnel-e-s du droit : magistrat-e-s, greffières, etc.

Family Courts are a singular place to observe the effects of gender in the practice and decisions of the law professionals. Family justice is a less valued area of law, a domain where most of the positions are occupied by women. The nature of the affairs confronts the judges, clerks and lawyers with their own conceptions of family and relationships. These effects of gender are at first noticeable in the differences between the judges: their way of assuming their function, their representations of their work seem to be related to their gender, and to their personal and professional careers. Furthermore, if we pay attention to the collective aspect of the judicial decision, we can also detect a specific gendered configuration in the division of labour between the judges and the clerks (who are most exclusively women): thus the intern organization of these courts of justice tends to make the work of the clerk invisible. This paper is based on an ethnographical research lead during a collective fieldwork in four French courts of justices, and on a series of interviews with judges and clerks. Le genre dans les pratiques des professionnel-le-s aux affaires familiales.

, Professional carrers and divorces : a study of French family courts, International working group for comparative studies of legal professions, Gif-sur-Yvette, France

Bessière C. (2007), « Travailler à l'extérieur » : des implications ambivalentes pour les compagnes d'agriculteurs, Les mondes agricoles en politique, Paris, France

Bessière C. (2006), L'argent dans les couples mixtes agriculteur/salariée en France. Rapports de pouvoir, négociation et autonomie individuelle dans les couples et les maisonnées exploitantes, L'argent et les biens dans les devenirs conjuguaux (Québec, Suisse, France, Etats-Unis ), Toulouse, France

Bessière C. (2006), Le découplage progressif des scènes résidentielles et professionnelles dans les entreprises familiales, IIème Congrès de l'Association française de Sociologie, Bordeaux, France

Une enquête ethnographique de longue durée menée auprès de « jeunes viticulteurs » et de leurs apparentés permet d'établir les transformations des rapports entre scènes domestiques et professionnelles dans les entreprises familiales sur trois générations. La génération des « grands-parents » des « jeunes viticulteurs » de l'enquête était caractérisée par une superposition des deux scènes au sein de maisonnées exploitantes pluri-générationnelles. La génération des « parents » a entamé un processus de séparation des scènes domestiques, remettant en cause la cohabitation intergénérationnelle. Les femmes ont, en effet, cherché dans l'espace domestique la constitution d'une sphère privée autonome et d'un lieu de réalisation de soi, loin de leur statut peu reconnu d'aide familiale sur l'exploitation. La troisième génération poursuit cette recomposition des rapports entre scènes domestiques et professionnelles. Les jeunes viticulteurs et leurs compagnes entérinent la séparation résidentielle d'avec les parents, qui a été initiée à la génération précédente. La nouveauté provient du découplage des scènes professionnelles, du fait de la généralisation du travail salarié des jeunes femmes, en dehors de l'exploitation. Elle correspond non seulement aux aspirations des jeunes femmes à une émancipation individuelle au travers d'un emploi salarié, mais aussi aux calculs de leurs conjoints qui y voient une manière de soutenir financièrement l'exploitation familiale. Nous analyserons les conséquences économiques et familiales de ce découplage qui caractérise -- au-delà de la viticulture -- les entreprises familiales contemporaines.

Gollac S., Bessière C. (2006), Kinship groups and the devolution of family businesses, The theory and practice of European kinship. 9th EASA Biennal conference, Bristol, Royaume-Uni

This paper presents the results of two long-term ethnographic studies on family businesses in modern day France (vine-growing farms in the Cognac region, and craft industry small firms). The devolution of family businesses through generations is three-dimensional. It consists of the conveyance of an estate (which implies to share it between children) ; the transfer of the status of company head to a successor, who has acquired occupational qualifications (in particular entrepreneurial skills). The study of these devolutions leads us to examine the links between different kinship groups : households (gift of real estate can serve to bring the residences of family member close together in line with occupational and household demand), « descent groups » (family members have more or less an interest in maintaining and conveying a joint estate) and conjugal relationships. Therefore, this paper throws light on economic, legal and affective issues at stake in family businesses. It questions also the use of classical kinship terminologies to analyse contemporary families in France.

Bessière C. (2006), Les transformations des rapports conjuguaux dans les entreprises familiales, Couplages, découplages, recouplages conjugaux, Paris, France

Gollac S., Bessière C. (2006), Reprendre mais entreprendre. Le paradoxe des entreprises familiales contemporaines, IIème Congrès de l'Association française de Sociologie, Bordeaux, France

Cette communication s'appuie sur deux enquêtes ethnographiques de longue durée auprès de familles d'indépendants (exploitations viticoles, entreprises familiales d'artisanat). La reprise d'une entreprise familiale suppose une triple transmission : celle d'un patrimoine productif, celle d'un métier et celle d'un statut de chef d'entreprise. Malgré le poids de ces transmissions familiales - qui font d'eux des « insiders » - les entrepreneurs que nous avons rencontrés se présentent comme des « outsiders innovants ». Ils disent créer une entreprise, réaliser un « projet » personnel et se réaliser à travers celui-ci. Ils se démarquent des pratiques de leurs parents dans l'exercice de leur métier. Ils mettent ainsi en avant leur goût du risque, d'être son propre patron, d'avoir des responsabilités, de s'engager dans de nouvelles activités. Ayant intégrés eux-mêmes les normes méritocratiques du monde salarié, ces chefs d'entreprises refusent d'être seulement considérés comme des héritiers et doivent expliciter ce qui fait d'eux des entrepreneurs. En cela le terrain des entreprises familiales permet aux sociologues de mettre au jour ce que les entrepreneurs et ceux qui ont contribué à leur socialisation (parents, instances scolaires et professionnelles) nomment l'esprit d'entreprise et valorisent comme tel.

Bessière C. (2005), Naissance et renaissance des vignobles. La stratégie de maintien économique des exploitations familiales viticoles dans la région délimitée de Cognac depuis la fin des années 90, Vin, vigne et civilisation en Aquitaine et dans le monde, Bordeaux, France

Retour à la liste